Transition écologique : partagez vos idées autour du tourisme

Le secteur touristique doit d’autant plus s’engager qu’il dépend de la préservation des écosystèmes et du patrimoine du territoire, tous deux vulnérables face aux conséquences du changement climatique. Développer le tourisme durable permettrait aux professionnels de se démarquer et d’offrir un service de qualité correspondant aux attentes des touristes.

Vous souhaitez soumettre une idée ? N’hésitez pas à la partager ci-dessous jusqu’au 31 mai 2021.

2 réflexions sur “Transition écologique, partagez vos idées autour du tourisme”

  1. Je découvre ce projet de vélo route. Il semble totalement aberrant d’artificialiser des chemins pour créer une voie vélo. Si un tel projet est bien en cours de réalisation, quelle administration en a pris l’initiative ? Les voies vélo sont utiles mais elles doivent doubler les routes et non empiéter sur des chemins de terre et des espaces naturels! Il me semble important de porter à la connaissance du public un tel projet, si il est bien en cours de réalisation.
    Anne Nicolosi

  2. Thierry Dramard

    Concernant ce projet de  véloroute  :

    le tracé est arrêté (mais introuvable sur le net) ; des dizaines de kilomètres en pleine nature dont pas mal de forêt, entre Vézelay/Asquins et Chatel-Censoir.
    Les géomètres ont pratiqué leurs relevés et des forages ont été effectués.
    À ce stade, beaucoup d’argent public a déjà été dépensé.

    Tout se passe en catimini, certains maires ignorent même de quoi il retourne vraiment.
    Public et riverains sont laissés dans une totale ignorance de ce qui se trame.
    Les agriculteurs qui empruntent les chemins ciblés s’inquiètent de ce mystérieux balisage,
    potentiellement synonyme de limite de circulation.
    Encore une fois la décision politique (donc l’usage de nos impôts) précède une réelle concertation avec les usagers, les riverains et les acteurs locaux.

    Le vélo c’est bien c’est écolo !
    -oui, mais pas l’artificialisation des sols sur des centaines d’hectares !
    Le terrassement pour la pose d’enrobé (ou de mâchefer) dans des milieux fragiles est en totale contradiction avec le PLUI : « protection des zones remarquables », « limiter la consommation d’espaces naturels » et j’en passe.

    -on retombe dans les erreurs cinglantes du « tout tourisme » ; c’est la vie locale qui doit être valorisée, mètre carré par mètre carré.

    -oui à l’utilisation de ce budget pour rendre nos routes carrossables et sûres
    (leur état est consternant), avec voie cyclable si nécessaire.

    – nos chemins sont beaux parce qu’ils ont chacun leur caractère,
    caractère et particularités qu’ils perdront irrémédiablement après le passage des bulldozers.

    Il est pourtant tout à fait merveilleux de pratiquer ces sentiers à pied, à cheval ou à vtt par exemple ; libre aux amateurs de bitume d’emprunter la route (qui serait encore plus attrayante sans les dégâts occasionnés par les camions – grumiers entre autres).

    -Nos chemins sont un patrimoine précieux ;
    les entretenir et aménager des postes d’information et d’observation – sans les mutiler – serait un préalable intelligent à toute tentative de prétendu aménagement écologique.

    (cette brève argumentation n’est pas exhaustive…)

    Thierry Dramard

    IMG-20210321-WA0001

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The maximum upload file size: 64 Mo. You can upload: image, document, interactive, text, archive.